L’une des grandes figures de la scène du blues et du jazz vient de nous quitter. Lucky Peterson est né Judge Kenneth Peterson, en 1964, à Buffalo. Il est bercé très tôt par la musique, son père, James Peterson lui transmettant sa passion étant lui-même guitariste et chanteur.

Enfant prodige, multi instrumentiste (chanteur, organiste, guitariste), il fit ses premières apparitions sur la scène du club de blues de son père le Governor’s Inn. A l’âge de 5 ans, Il y est repéré par Willie Dixon, qui se prend d’affection et d’admiration pour lui. S’en suivent rapidement l’Ed Sullivan Show et il fête ses 7 ans au Young People’s Show en 1972.

Il nous lègue une vingtaine d’albums solos mais aussi de nombreuses collaborations. Il forma un duo avec Bootsy Collins, joua aux côtés de Mavis Staples, du trompettiste Wynton Marsalis, de son épouse Tamara Peterson ainsi que, plus récemment avec la chanteuse Ayo pour son album Gravity at Last (2008). Notons, aussi, un triple album, Organ Soul Sessions, dédié à Jimmy Smith, (dont il fut l’élève) sorti en 2009.

Lucky Peterson avait un lien privilégié avec le public français (nombreuses représentations au New Morning) ou dans des festivals (Jazz in Marciac, Jazz à Vienne, Jazz à Vannes…). Il célébrait, en 2019, 50 ans de carrière avec l’album Just Warming Up ! sur le label Jazz Village. De nombreuses dates étaient prévues pour nous faire partager ce qui restera son ultime parution discographique. Il est passé par la Maroquinerie en février dernier… et aujourd’hui, we’ve got the Blues !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here