Accueil Bancs d'essai AVID PRO TOOLS 11 UN NOUVEAU DÉPART

AVID PRO TOOLS 11 UN NOUVEAU DÉPART

Attendue avec impatience par les utilisateurs, la version 11 de ProTools marque une étape décisive pour la DAW de référence des pros. Passage au 64 bits, nouveau moteur AAE, nouvelles fonctionnalités, nouvelles cartes HDX, nouvelles interfaces. Voyons tout cela par le menu…

Nous avons testé la version HD de ProTools 11 sur un Mac Pro 2 x 2,4 GHz Quad-core avec 8 Go de RAM, tournant sous OS X 10.8. Il est conseillé d’attendre pour passer à Mavericks (10.9) encore incompatible avec beaucoup de logiciels audio. Une carte HDX et une interface HD Omni constituaient la partie matérielle. C’est donc cette configuration que nous allons présenter ici. Certaines options et fonctionnalités pouvant différer entre les versions HD et Native, il peut être instructif de consulter les tableaux comparatifs produits par Avid pour savoir quelle version correspond le mieux à ses besoins (voir aller plus loin). L’installation sur Mac se fait par simple glisser/ déposer dans le dossier Applications. Et bonne nouvelle, les versions 11 et 10 peuvent être co-installées sur une même machine disposant d’un système 64 bits, tant sur Mac que PC (Windows 7 seulement). Une solution intéressante pour assurer la transition entre nouvelles sessions et anciennes sessions 32 bits.

Rupture
Jusqu’à la version 11, ProTools était une application 32 bits qui fonctionnait avec des cartes 32 bits, les cartes HD Accel PCI et PCIe. Les applications 32 bits ne pouvant accéder qu’à 4 Go de RAM, le passage au 64 bits et une mémoire quasi illimitée marquent donc une rupture technologique. En tant qu’application 64 bits, ProTools 11 ne peut tourner que sur un OS 64 bits et du matériel 64 bits. La première conséquence pour les utilisateurs Avid, celle qui fait mal, c’est donc que tout le hardware précédent, en 32 bits qui ne peut être modifié devient incompatible avec la version 11 de ProTools. Bien entendu, les propriétaires de cartes et d’interfaces ancienne génération ne sont pas oubliés. Ils peuvent bénéficier d’un programme de reprise pour acheter les nouveaux systèmes HDX et les interfaces de la série ProTools HD. ProTools 10 sera donc la dernière version à prendre en charge les systèmes ProTools|HD Accel et les interfaces ProTools|HD ancienne génération. Avid s’engage cependant, comme mentionné sur son site, « à proposer des mises à jour logicielles de matériel pendant les trois prochaines années, et à assurer sa réparation et fournir une assistance téléphonique durant les cinq prochaines années ». Le passage peut donc se faire en douceur.

Moteur AAE

Le nouveau moteur AAE (pour Avid Audio Engine) qui remplace l’ancien DAE (Digidesign Audio Engine) est désormais commun entre Pro Tools et Media Composer (figure 1).

Figure 1 : AAE : plus puissant et plus simple.
Figure 1 : AAE : plus puissant et plus simple.

En conséquence, outre de bien meilleures performances, il permet une interopérabilité accrue entre le monde audio et vidéo. Sa fenêtre, accessible par Setup > Playback Engine, propose quelques options intéressantes. En particulier en cochant la caseDynamic Plug-In Processing, on optimise le nombre de plugs disponibles par une allocation dynamique des ressources. En d’autres termes, cela signifie que les plugs n’exploitent du CPU que lorsqu’ils sont utilisés. Un nouveau buffer d’entrée à faible latence permet de pouvoir écouter dans de bonnes conditions les pistes à l’enregistrement et les instruments virtuels.

Pro Tools supporte désormais l’AVE (Avid Video Engine). On l’active via la case correspondante dans la fenêtre Playback Engine. Il permet la lecture directe de nombreux formats vidéo HD et SD MXF sans besoin de transcodage (dont le Avid DNxHD). On peut ainsi utiliser les cartes vidéo supportées par Avid (Avid Nitris DX, Mojo DX…). Enfin, la compensation du délai se faisant automatiquement et de manière optimisée, ce réglage a disparu de la fenêtre. La fenêtre System Usage a elle aussi été revue et permet de visualiser précisément l’activité CPU, DSP, mémoire et des disques, y compris l’allocation dynamiques des ressources pour les plugs natifs et Elastic Audio et le cache disque (HD seulement) (figure 2).

02-256pistesenlectureqkr291-pro-tools-11.jpg_750_750_1
Figure 2 : 256 pistes en lecture et 1 insert Dverb sur chacune…
LOGICIELS  AVID PRO TOOLS 11 UN NOUVEAU DÉPART
LOGICIELS
PAR PIERRE ESTÈVE, LE 11 FÉVRIER 2014

AVID PRO TOOLS 11 UN NOUVEAU DÉPART

Agrandir l'image :

Imprimer

Imprimer l'article : Avid Pro Tools 11 un nouveau départ

Partager sur Facebook l'article : Avid Pro Tools 11 un nouveau départ Partager sur Twitter l'article : Avid Pro Tools 11 un nouveau départ
Attendue avec impatience par les utilisateurs, la version 11 de ProTools marque une étape décisive pour la DAW de référence des pros. Passage au 64 bits, nouveau moteur AAE, nouvelles fonctionnalités, nouvelles cartes HDX, nouvelles interfaces. Voyons tout cela par le menu…

Nous avons testé la version HD de ProTools 11 sur un Mac Pro 2 x 2,4 GHz Quad-core avec 8 Go de RAM, tournant sous OS X 10.8. Il est conseillé d’attendre pour passer à Mavericks (10.9) encore incompatible avec beaucoup de logiciels audio. Une carte HDX et une interface HD Omni constituaient la partie matérielle. C’est donc cette configuration que nous allons présenter ici. Certaines options et fonctionnalités pouvant différer entre les versions HD et Native, il peut être instructif de consulter les tableaux comparatifs produits par Avid pour savoir quelle version correspond le mieux à ses besoins (voir aller plus loin). L’installation sur Mac se fait par simple glisser/ déposer dans le dossier Applications. Et bonne nouvelle, les versions 11 et 10 peuvent être co-installées sur une même machine disposant d’un système 64 bits, tant sur Mac que PC (Windows 7 seulement). Une solution intéressante pour assurer la transition entre nouvelles sessions et anciennes sessions 32 bits.

Rupture
Jusqu’à la version 11, ProTools était une application 32 bits qui fonctionnait avec des cartes 32 bits, les cartes HD Accel PCI et PCIe. Les applications 32 bits ne pouvant accéder qu’à 4 Go de RAM, le passage au 64 bits et une mémoire quasi illimitée marquent donc une rupture technologique. En tant qu’application 64 bits, ProTools 11 ne peut tourner que sur un OS 64 bits et du matériel 64 bits. La première conséquence pour les utilisateurs Avid, celle qui fait mal, c’est donc que tout le hardware précédent, en 32 bits qui ne peut être modifié devient incompatible avec la version 11 de ProTools. Bien entendu, les propriétaires de cartes et d’interfaces ancienne génération ne sont pas oubliés. Ils peuvent bénéficier d’un programme de reprise pour acheter les nouveaux systèmes HDX et les interfaces de la série ProTools HD. ProTools 10 sera donc la dernière version à prendre en charge les systèmes ProTools|HD Accel et les interfaces ProTools|HD ancienne génération. Avid s’engage cependant, comme mentionné sur son site, « à proposer des mises à jour logicielles de matériel pendant les trois prochaines années, et à assurer sa réparation et fournir une assistance téléphonique durant les cinq prochaines années ». Le passage peut donc se faire en douceur.

Moteur AAE

Le nouveau moteur AAE (pour Avid Audio Engine) qui remplace l’ancien DAE (Digidesign Audio Engine) est désormais commun entre Pro Tools et Media Composer (figure 1).

Figure 1 : AAE : plus puissant et plus simple.

En conséquence, outre de bien meilleures performances, il permet une interopérabilité accrue entre le monde audio et vidéo. Sa fenêtre, accessible par Setup > Playback Engine, propose quelques options intéressantes. En particulier en cochant la caseDynamic Plug-In Processing, on optimise le nombre de plugs disponibles par une allocation dynamique des ressources. En d’autres termes, cela signifie que les plugs n’exploitent du CPU que lorsqu’ils sont utilisés. Un nouveau buffer d’entrée à faible latence permet de pouvoir écouter dans de bonnes conditions les pistes à l’enregistrement et les instruments virtuels.

Pro Tools supporte désormais l’AVE (Avid Video Engine). On l’active via la case correspondante dans la fenêtre Playback Engine. Il permet la lecture directe de nombreux formats vidéo HD et SD MXF sans besoin de transcodage (dont le Avid DNxHD). On peut ainsi utiliser les cartes vidéo supportées par Avid (Avid Nitris DX, Mojo DX…). Enfin, la compensation du délai se faisant automatiquement et de manière optimisée, ce réglage a disparu de la fenêtre. La fenêtre System Usage a elle aussi été revue et permet de visualiser précisément l’activité CPU, DSP, mémoire et des disques, y compris l’allocation dynamiques des ressources pour les plugs natifs et Elastic Audio et le cache disque (HD seulement) (figure 2).

Figure 2 : 256 pistes en lecture et 1 insert Dverb sur chacune…

Concernant le nombre de pistes, on passe à 128 instruments et 256 voix pour la version HD. 64 niveaux de Undo sont disponibles (à régler dans les références).

Bounce offline

Une des nouveautés les plus attendues est certainement le Bounce Offline, en théorie jusqu’à 150 fois plus rapide que le temps réel (figure 3).

Figure 3 : Bounce offline.
Figure 3 : Bounce offline.

En effet, surtout en post production et mixage de films, attendre une ou deux heures pour un rendu était un des gros reproches que l’on pouvait faire à Pro Tools. Cette époque sombre est donc révolue.

En plus du bounce offline d’un morceau, on peut bouncer jusqu’à 16 sources (sorties et bus) de 8 pistes, tout en donnant un nom à chacune (figure 4). Idéal en musique pour sortir des stems par instruments, ou séparer musiques, dialogues et ambiances dans un film. Pour cela, un nouveau bouton +, assorti d’un menu déroulant, permet d’ajouter et choisir les sorties à bouncer.

Figure 4 : Jusqu’à 16 bounces simultanés.
Figure 4 : Jusqu’à 16 bounces simultanés.

En plus des formats audio de son choix, on peut désormais sortir simultanément une version MP3 de la ou des pistes bouncées. On peut aussi bouncer à partir des sends et des sorties de pistes. Attention, certains éléments ne peuvent être inclus au bounce offline : les inserts hardware, l’audio d’appareils externes pilotés en MIDI, les sources audio monitorées par des pistes aux, les plugs DSP sans version Native, les pistes audio synchronisées. On peut aussi bouncer les diverses sources vers QuickTime et bouncer du MP3 vers QuickTime. La vitesse de calcul du bounce dépend de l’utilisation CPU (attention aux autres applications ouvertes), de l’utilisation disque, d’une répartition inégale de l’utilisation des cœurs et de la gourmandise en ressources de certains plugs tiers. Une bonne habitude, si l’on dispose de RAM, est de monter au maximum la taille du Disk Playback Cache.

Mieux mixer

De nouvelles fonctionnalités permettent d’améliorer le workflow lors du mixage. À commencer par des vumètres redesignés, plus grands, avec un graphisme en meilleure définition. Ces Vumètres sont paramétrables et 17 échelles sont désormais disponibles en version HD (figure 5) : Sampler Peak, Pro Tools Classico, Liner, Liner Extended, RMS, VU, Digital VU, PPM Digital, PPM BBC, PPM Nordica, PPM EBU, PPM DIN, K12, K14, K20 Venue Peak et Venu RMS.

Figure 5 : 17 échelles pour les nouveaux vumètres.
Figure 5 : 17 échelles pour les nouveaux vumètres.

On a aussi la possibilité de visualiser la réduction de gain lorsqu’un compresseur est actif, la visualisation se faisant à droite du bargraph de la piste et à droite de l’icône du plug, au niveau des Insert. Dans ce cas, on peut aussi configurer les vumètres de réduction de gain avec cinq choix : Compressor/Limiter, Expander/Gate, Priority Compressor/Limiter, Priority Expander/Gate, All-Summed (figure 6).

Figure 6 : Choix des vumètres de dynamique.
Figure 6 : Choix des vumètres de dynamique.

Beaucoup des paramètres des vumètres se règlent dans les préférences de l’onglet Metering (figure 7).

Figure 7 : Vumètres paramétrables.
Figure 7 : Vumètres paramétrables.

L’option Expanded Sends, accessible via le menu View, permet de visualiser l’ensemble des commandes des départs (figure 8).

Figure 8 : Départs sous contrôle.
Figure 8 : Départs sous contrôle.

Cette option se fait soit sur tous les départs, soit individuellement en précisant lesquels sont concernés (de A à J). Des améliorations ont été aussi apportées aux inserts : par clic droit sur In insert, on accède directement aux presets du plug inséré (figure 9).

Figure 9 : Presets de plugs sous la main.
Figure 9 : Presets de plugs sous la main.

Toutes ces commandes, ainsi que d’autres (Bypass des inserts, Mute des départs, création de nouvelles pistes..) sont accessibles soit par les menus, soit, beaucoup plus pratique, via de nouveaux raccourcis claviers.

L’indication de clip audio change aussi. Dans la mesure où il ne peut plus y avoir de clipping interne en 64 bits, les clips sont indiqués sur les master faders lorsqu’on sature les convertisseurs de sortie, lorsqu’on dépasse 0 dBFS sur une entrée physique ou en enregistrant en 16 ou 24 bits. À ce sujet, ne pas se priver de travailler sur des sessions en 32 bits float. Parmi les nouvelles fonctionnalités, il est désormais possible d’enregistrer une automation en mode enregistrement et de programmer un fade in de 0 à 4 s pour le transport afin d’éviter des clics ou des sautes brusques de volume quand on se déplace dans la session.

Un nouveau plug AAX natif nommé Click II voit le jour (figure 10). Plus performant et paramétrable que son prédécesseur, il sera très utile en musique.

Figure 10 : Click II : en mesure.
Figure 10 : Click II : en mesure.

Nouveau workspace

La DigiBase et les anciennes fenêtres de gestion des fichiers (Catalog Browser, Project Browser, Workspace Browser) ont été remplacées par une nouvelle fenêtre Workspace(figure 11).

Figure 11 : Workspace, ou l’art de la recherche.
Figure 11 : Workspace, ou l’art de la recherche.

Une base de données unifiée, avec de puissantes options de recherche avancée, permet désormais de centraliser les requêtes et les actions à effectuer sur les fichiers trouvés. Cette base de données, qui conserve tous les index ainsi que le cache des formes d’onde de tous les volumes dans un même document, se trouve dans Users > Shared > Pro Tools sur Mac et Users > Public > Pro Tools sur PC.

Attention, les utilisateurs qui font cohabiter la version 10 et 11 doivent savoir qu’il y aura deux systèmes de base de données différents, celle de la version 11 étant incompatible avec les versions précédentes de Pro Tools. Deux icônes situées en haut à droite de la fenêtre Workspace permettent d’accéder soit à la recherche simple, soit à la recherche avancée multicritères. Un clic droit sur un Workspace, un volume ou un catalogue sélectionné fait apparaître un menu contextuel qui liste les actions possibles sur les fichiers ainsi sélectionnés. Par exemple, conformer les fichiers au tempo de la session ou jouer en boucle pour les fichiers d’un catalogue, ou créer un catalogue à partir d’une sélection ou calculer une analyse Elastic pour un Volume (figure 12). Puissant…

Figure 12 : Prêt à l’action.
Figure 12 : Prêt à l’action.

HDX et Omni

L’utilisateur peut se demander si et quand passer à Pro Tools 11, et se poser la question du bien fondé de l’achat de cartes HDX et de nouvelles interfaces. Lorsqu’on compare les différents systèmes grâce au tableau fourni par Avid (figure 13), on se rend compte de plusieurs choses : tout d’abord, les avancées liées au 64 bits sont très intéressantes, que ce soit en HDX ou en HD natif par rapport au HD Accel. Difficile de faire sans à court terme.

Figure 13 : Pour faire son choix.
Figure 13 : Pour faire son choix.

Ensuite, on peut considérer qu’entre les versions 11, les principales différences sont quantitatives, le HDX permettant de travailler sur des sessions bien plus importantes, ce qui le destine aux studios et aux artistes pros. On parle ici principalement du nombre de voix (jusqu’à 768 contre 256), de pistes audio (jusqu’à 768 contre 256) et de la latence (0,7 ms contrer 1,7 ms). Ajoutons à cela le fait que certaines options récentes ne sont accessibles qu’aux seuls utilisateurs HDX. L’élément vraiment décisif sera donc la compatibilité des plug-ins tiers (voir la liste sur le site Avid). Beaucoup d’éditeurs sont déjà passés à l’AAX, et la plupart ont compris qu’il y va de leur intérêt de le faire. Tout n’est finalement qu’une question de temps. Pour notre part, après avoir goûté à la puissance du HDX1 combiné à l’interface HD Omni (figure 14), qui mériteront un test complet dans un prochain numéro, plus d’hésitation possible : il est temps de casser la tirelire…

Figure 14 : Hardware nouvelle mouture…
Figure 14 : Hardware nouvelle mouture…

  • Caractéristiques
    Produit : ProTools 11
    Site : www.avid.com/fr 
    Prix TTC : ProTools 11, 680 € ; ProTools HD Native et HD Omni, à partir de 4 783 € ; ProTools HDX et HD Omni à partir de 9 686 €
    Compatible : Mac et PC

Pour

  • 64 bits
  • Bounce offline
  • Nouveau hardware

Contre