In Session Audio poursuit son exploration des percussions cinématiques avec Taiko Creator, une banque Kontakt avec MIDI Files, particulièrement orientée musique à l’image. Très complet et finement paramétrable, Taiko Creator est un véritable couteau suisse qui remplace à lui seul la combinaison de banques bien plus lourdes et complexes à gérer.
Par Pierre Estève

Avec KR home-studio et In Session Audio, jouez et gagnez l’une des deux banques sonores Kontakt
Taiko Creator ICI

Le son profond des taikos japonais s’est imposé depuis plusieurs années dans les BO de films et de jeux vidéo épiques. Bien souvent, les compositeurs utilisent ces grosses percussions sous forme d’ensembles, proposés par les éditeurs de banques sonores. Mais entre l’ensemble et l’instrument solo, il n’y a rien. Et pourtant, on a souvent besoin de pouvoir dimensionner le pupitre des percussions pour l’adapter à l’esprit de telle ou telle composition. C’est ce que propose Taiko Creator : rassembler des instruments solo, parmi 24 disponibles, en autant de sous-groupes que l’on veut, mixer et accorder ces groupes, dont on peut contrôler la précision de jeu, et polir le son final. Le tout étant ensuite jouable dans un seul patch. 

Univers sonore complet

Avec seulement 2,53 Go de données, et compatible NKS et Kontakt Player, Taiko Creator propose 24 instruments de type tambour rassemblés par taille en trois groupes : Huge (Odaiko 1 – w Mallet, Odaiko 1, Odaiko 2 – w Mallet, Odaiko 2, Nishaku, Sanjaku Daiko – w Mallet, Sanjaku Daiko et Ohira Daiko), Large (Nagado Daiko 1 à 10 et Katsugi Okedo Taiko 1 à 3) et Medium (Shime Daiko 1 à 6). À ces peaux s’ajoutent les percussions, dix sets de grosses baguettes, cinq temple blocks et trois notes de canon, un instrument métallique dont la fonction est proche de celle du charleston. Enfin, la section Auxiliary offre 74 sets de samples permettant de lier le son des taikos et de créer des ambiances particulières. Chaque set d’échantillons principaux contient sept layers, avec sept variations par layer, soit 7 x 7 round-robins (4 x 7 pour les autres percussions). 

La version de Taiko Creator que nous présentons bénéficie d’une extension qui double le nombre de songs MIDI (de 20 à 40) et le nombre de presets de kits très typés (de 10 à 20), permettant ainsi d’explorer de nouveaux univers cinématographiques.

Workflow

Travailler avec Taiko Creator est un bonheur, grâce à une interface très bien pensée. À l’ouverture de l’unique instrument, on arrive sur la page Global qui influe sur tous les sons de l’instrument. Deux autres pages sont disponibles : la page Groups, dans laquelle on sélectionne, mixe et définit la sonorité finale des instrumentistes virtuels, et la page MIDI, qui propose les fichiers MIDI que l’on peut pré-écouter et intégrer dans la DAW par glisser/déposer. 
Dans la page Global, on peut booster le son pour les vélocités à 127 de 1 à 3 dB. C’est aussi ici que l’on mixe les micros, charge les samples des micros et ajoute des effets (EQ DNA, Drive, Width, Velocity To Volume, Reverb, Equalizer, Filters HP et LP). Pour optimiser la mémoire, on peut également charger/décharger chaque groupe de la RAM. 

Figure 1 : Création de groupes.

Dans la page Groups (figure 1), on dispose de neuf pages pour créer les groupes de tambours, six pour les percussions et deux pour Auxiliary. Chaque groupe et chaque note dans le groupe disposent de leurs propres réglages (accord, random de pitch, pan, filtre, enveloppe, jeu plus ou moins serré ou mou, etc.), ce qui permet d’obtenir exactement l’effet musical souhaité. 

La page MIDI permet d’écouter chaque pattern de chaque song en vitesse nominale, ainsi que deux fois plus rapide ou lent. Grâce à un bouton Velocity, on peut à la volée changer la dynamique du pattern. Le bouton MIDI permet quant à lui de glisser le pattern courant sur la timeline de la DAW, tout en conservant le réglage de Velocity. Petite demande pour une mise à jour : pouvoir effectuer des sélections multiples à cette occasion.

On en redemande

À tous égards, Taiko Creator ringardise nombre de banques pesant des dizaines de gigas et nécessitant un travail conséquent de programmation, de mixage et de traitement pour un résultat… équivalent ou moindre. De quoi libérer pas mal de place sur son disque dur en se simplifiant la tâche ! Merci Mr Kyle Z…

Test issu du numéro 343, janvier-février 2019.

A trouver en version numérique sur Flipsnack ici

Les +

  • Musicalité
  • Simplicité d’utilisation
  • MIDI Files

Les –

  • On aimerait des séquences MIDI plus longues

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here