Accueil Bancs d'essai CLAVIA NORD LEAD 4 – LEADER ANALOGIQUE

CLAVIA NORD LEAD 4 – LEADER ANALOGIQUE

Depuis 20 ans, les Nord Lead démontrent qu’un synthétiseur à modélisation analogique peut rivaliser avec ses prédécesseurs vintage. Après les NL 2X et NL 3, la 4e génération du synthé de Clavia, disponible aussi bien en rack qu’en clavier 4 octaves, produit un grain de son encore plus décapant à partir d’un moteur DSP survitaminé et des émulations de filtres de TB 303 et Minimoog.

SYNTHÉTISEUR À MODÉLISATION ANALOGIQUE. Il se sera tout de même écoulé presque deux décennies entre l’arrivée de ce quatrième Nord Lead et le lancement à contre-courant d’un 1er modèle au milieu des années 90, en pleine vague des workstations et des menus tout écran et bien avant le retour au vintage. Le synthétiseur précurseur, issu d’une petite marque suédoise inconnue, reprenait en effet l’architecture des machines analogiques à synthèse soustractive en redonnant vie au travers de ses multiples contrôleurs, aux bons vieux concepts sonores des années 70 faits d’oscillateurs, de formes d’ondes minimalistes, de filtres, LFO et ADSR… autant d’accessoires qui semblaient perdus depuis longtemps dans le grenier poussiéreux de nos souvenirs !

Parti d’un modeste 4 voies de polyphonie que Clavia portait à 12 par une carte d’extension optionnelle, cette 1ère machine fut rapidement suivi en 1997 du Nord Lead 2, qui étendait la polyphonie d’origine à 16 voies, tout en doublant les sorties physiques de 2 à 4 en ajoutant une entrée foot contrôleur, un mode split, une forme d’onde sinusoïdale ainsi qu’un générateur de bruit. Ce n’est qu’en 2001 qu’apparut le Nord Lead 3, toujours à base de synthèse soustractive, mais dont la section des oscillateurs pouvait à présent être transformée aussi en plusieurs opérateurs pour aborder la célèbre modulation de fréquence FM qui fit les beaux jours des DX.

Le Nord Lead 3 était pourvu d’un display LCD, des fameux potentiomètres rotatifs entourés de leds, d’un arpégiateur et de l’aftertouch et alors qu’on lorgnait déjà vers son successeur, c’est une version X boostée du Nord Lead 2 qui apparut à contre-pied fin 2003. Après l’arrêt du NL 3 en 2007, le NL 2X resta le seul représentant de la série pendant six ans… avant finalement l’arrivée du Nord Lead 4, dans un créneau de prix à peu près identique à son prédécesseur lors de sa sortie.

Commandes et spécifications

La version clavier 49 touches du Nord Lead 4 qui se double du rack NL 4R, reprend l’approche traditionnelle des synthés analogiques à synthèse soustractive : deux VCO, deux LFO, enveloppe de modulation, filtre multimode + ADSR, VCA + ADSR, dans une machine au design familier avec la coque rouge en alu brossé et les flancs boisés pour un poids de 6 kg.

Ses caractéristiques internes sont pourtant plus proches d’un NL 2X que du NL 3 de 2001, ne serait-ce que par l’abandon de l’écran LCD, des leds entourant les potentiomètres (réservés désormais aux pianos de la marque) et de l’aftertouch qui semble ne plus faire recette ! Son architecture, qui pourra paraître ésotérique par rapport à l’approche « japonaise », se découpe pourtant en deux parties bien identifiées avec, sur la gauche, une section « programme et jeu » sur fond noir qui comprend un display à leds trois caractères indiquant le numéro du programme, de la pattern ou de la Performance, aussi bien que les valeurs des paramètres.

La section « synthé et effets » sur fond gris dans laquelle on trouve la plupart des commandes du panneau avant, concerne le cœur de l’approche « analogique » du NL 4(figure 1).

Figure 1 : Le panneau avant se divise entre la section « programme et jeu » en noir à gauche) et « synthé et effets » en gris.

 

fig1kr290-nord-lead-4.jpg_750_750_1

Chaque fonction possède sa commande dédiée pour sculpter la sonorité à sa mesure : bouton, molette, display, combinaison de touches, ce qui rend l’approche de la programmation simplissime même en partant d’une forme d’onde basique qu’on peut initialiser à tout moment (Shift + Sound Init).

Pour la 1ère fois sur un Nord Lead, on trouve aussi une partie FX comprenant des effets dynamiques et un mode DLY/Reverbe. Les quatre sorties arrières Out 1 > Out 4 en jack (asymétrique) reprennent chaque partie multitimbrale, tandis qu’un port USB s’ajoute au MIDI In/Out et deux entrées pédales s’appliquent au sustain et à un contrôleur continu. Les sonorités du NL 4 s’appuient sur un moteur audio construit sur une nouvelle plateforme DSP, mais la polyphonie ainsi que le nombre des Performances du NL 3 n’ont pas été reprises (24 voies/256 Performances) et restent identiques au NL 2X (20 voies/99 Performances). Une série de 128 tables d’ondes (wavetables) complète par contre les waveforms analogiques et FM dont le second afficheur à led sous l’OSC 1, redonnera le détail par familles d’instruments (figure 2).

Figure 2 : 128 nouvelles tables d’ondes sont proposées pour l’OSC 1.

fig2kr290-nord-lead-4.jpg_750_750_1

Pour le vintage, la touche Filter Type propose des modes traditionnels (passe-haut, passe-bas, passe bande) pourvus de pente jusqu’à 48 dB et les modélisations à diodes et transistor « ladders » M et TB des filtres du Minimoog et de la TB 303, tandis qu’un oscillateur de synchronisation (OSC 1 MOD) qui module le 1er oscillateur, intègre les waveforms Hard/Soft Sync des Prophet 5 pour enrichir le contenu harmonique.

Et au commencement fut l’analogue…

L’installation software est réduite par rapport aux modèles à mémoire de sampling. Le driver sera installé dès la reconnaissance du clavier (Win 7) et il suffira de télécharger l’utilitaire Nord Sound Manager pour gérer les différentes banques d’usine, dont les noms listés apparaissent en mode Program ou Performance avec leurs catégories indiquées et se révéleront bien utiles en l’absence d’écran LCD, même si on apprécierait un éditeur software plus poussé. On pourra ensuite renommer et interchanger ces programmes en mode drag & drop (figure 3).

Figure 3 : Le Nord Sound Manager gère les modes Program et Performance par drag & drop.

fig3kr290-nord-lead-4.jpg_750_750_1

La mémoire du NL 4 contient quatre banques de 99 sonorités individuelles et 99 Performances. En configuration live ou studio, le premier atout du Nord Lead 4 sera son mode polytimbral qui va permettre d’utiliser les quatre programmes sur des canaux MIDI indépendants (sous réserve d’activer le mode Local Off) pour une session enregistrement avec une DAW.

En mode de jeu, on obtient également jusqu’à quatre synthétiseurs complets simultanés par simple appel des touches de slots en temps réel, soit en mode Layer ou séparés par deux slots de chaque côté en mode Split. Les sonorités de ces slots A, B, C, D peuvent ensuite être routées vers n’importe laquelle des sorties physiques qui formeront deux paires stéréo ou quatre voies mono.

À l’écoute, on découvre une large palette de tout ce que l’émulation analogique laisse espérer avec un festival de sonorités « fat » typées, des leads « vocodés », des « sweep » filtrés, des basses « rave », des sonorités « dirty » ou des « glide/portamento » profonds (uniquement en mono), sans oublier la touche rétro apporté par les filtres TB et moogesque qui constituent la cerise sur ce gâteau analogique. La FM, quant à elle, offre un côté plus cristallin (bell) et métallique tandis que les nouvelles tables d’ondes renverront vers l’électro-acoustique (Rhodes Island). N’hésitez pas d’ailleurs à écouter les exemples sonores proposés sur le site ainsi que les soundbank d’utilisateurs.

Chaque sonorité se détache par son côté clean et très défini, même quand la distorsion est extrême et que l’amplitude est poussée dans ses retranchements. Le mode True Voice Unison capable d’empiler jusqu’à quatre oscillateurs par voie, renforce encore le punch sur les leads ou les basses mono et la plupart des programmes sont évolutifs et jouent sur une plage de dynamique étendue avec de grandes variétés d’expressions et de résultats entre un jeu appuyé ou effleuré. Le toucher ultra léger du clavier est d’ailleurs à ce titre parfaitement adapté aux subtilités harmoniques incessantes.

Dans la section FX, les effets Drive, Crush ou Comb Filter salissent le signal à loisir tandis que les effets Talk 1-2 lui apportent une touche de formant de voix. En mode DLY/Reverbe, les réponses du delay qui peuvent varier en hauteur en mode Analog, se caleront au tempo de la DAW en MIDI clock externe ou sur les divisions de temps de l’horloge Master, qui gère également les tempos des LFO et des arpèges. Chaque traitement peut être instantanément coupé, modifié ou enclenché en cours de jeu grâce aux boutons d’accès et de navigation augmentés de la touche shift.

Arpèges Poly Mode, Impulse Morphing et Mutator

Si les programmes nous mettent déjà une bonne claque, le must est atteint dans la partie Performance où l’on accède aux multi-couches propices à la créativité totale, partagé entre l’évocation de paysages synthétiques évolutifs et des patterns électroniques plus incisives construites sur les arpèges de lignes de basses ou de percussions organiques qui jouent un rôle majeur dans ces climats. Leurs contrôles sont indépendants pour chaque slot (ce qui implique qu’on puisse déclencher quatre arpèges simultanément). En dehors de comportements traditionnels de montée, descente (Up/Dn) ou mode aléatoire des notes (Rnd) dans une amplitude de quatre octaves, on trouvera aussi un Poly Mode tout à fait unique qui arpège l’accord complet sans le séparer.

De plus, les figures rythmiques des arpèges comme celles des LFO, pourront être synchronisées en dehors des divisions du temps de l’horloge globale, avec sept catégories de patterns proposées pour des combinaisons basiques jusqu’à des grooves nettement plus élaborés.

Le Nord Lead est aussi en parfaite osmose avec le live grâce à de multiples options comme le réglage du pitch-bend d’une plage globale de 48 demi-tons mais qui pourra séparer sa tessiture descendante (-12/-24) de la montante (+ 2 demi-tons) ou encore la fonction Chord Memory qui retient un voicing qu’on peut ensuite rejouer à un doigt. Parmi les fonctionnalités les plus avancées, on découvre une extension du Morphing déjà présent sur les Nord Lead, qui permet par exemple, en maintenant enfoncé le bouton Wheel, de régler une valeur qui deviendra ensuite accessible par la molette.

Les commandes continues du morphing qui s’appliquent aussi à la dynamique du clavier et la pédale de contrôle s’étendent désormais aux trois touches « Impulse Morphing »(figure 4) à côté du Pitch bend qui génèrent sept combinaisons différentes mais en entraînant, cette fois, un changement immédiat de tous les paramètres déterminés à l’avance parmi plus de 50 contrôles facilement identifiables par une led verte.

Figure 4 : Les trois touches Impulse Morphing permettent de prérégler plus de 50 paramètres (leds vertes) qu’on déclenche ensuite instantanément au doigt à partir de sept emplacements.
fig4kr290-nord-lead-4.jpg_750_750_1
On pourra même fusionner plusieurs « Impulse Morphing » pour rassembler leurs commandes dans un nouveau patch ! La programmation bénéficie aussi du mode créatif Mutator (figure 5), qui permet, en partant d’un programme quelconque, de générer une Variation ou une Mutation automatique avec différents niveaux d’amplitude (de 1 à 5) en pressant à chaque fois sur la touche Execute.
Figure 5 : Le type b du mode Mutator se sert de chaque précédente modification pour créer de nouvelles mutations via la touche Execute, avec 5 niveaux d’amplitude.
fig5kr290-nord-lead-4.jpg_750_750_1

Vintage tout confort

L’engouement du retour aux sources analogiques ne se tarit pas et de plus en plus de formations sont prêtes à tenter l’expérience des synthés vintage sur scène. Mais le manque de fiabilité, la fragilité, le transport aléatoire et la valeur de ce matériel antique et souvent irremplaçable, marquent une limite. Clavia, qui a déjà répondu à cette demande avec le succès qu’on lui connaît, pour les Rhodes, Clavinet, Wurlitzer ou B3, apporte avec ce Nord Lead 4 taillé pour la scène, une réponse suffisamment convaincante dans l’émulation analogique, pour que le rouge devienne vraiment la norme internationale des claviers professionnels…

Caractéristiques

Pour

  • Pur grain analo
  • Grosse dynamique, expressivité
  • Ergonomie en live
  • Arpégiateur par slot avec Polymode
  • Impulse Morphing, Mutator
  • Section d’effets
  • Master clock
  • 128 tables d’ondes
  • Filtres ladder M/TB
  • 7 catégories de Patterns

 Contre

  • Limité à  20 voies/99 Performances
  • Pas d’aftertouch
  • Manque d’éditeur software
  • Glide monophonique
  • Suppression du LCD et des LED du NL3
  • Sorties asymétriques

En résumé

Le Nord Lead 4 en version 49 notes reprend la suite du NL3 arrêté en 2007 avec des caractéristiques plus proches du NL 2X en ajoutant un nouveau moteur DSP, 128 tables d’ondes, une section d’effets, une horloge master, un arpégiateur par voie avec mode polyphonique et patterns, deux émulations de filtres de Minimoog et TB 303 et trois touches Impulse Morphing.

Aller plus loin…

Les sons Nord sur SoundCloud
Démo vidéo NL 4 (Andertons Music)
Forum des utilisateurs Nord (en anglais)
Forum des utilisateurs Nord (en français)
Nouveaux patchs et démos (Program & Performance)