Bercé à la chanson, biberonné au rock, nourri aux musiques du monde, ce sextet multi-instrumentiste adepte des tournées internationales (600 concerts dans 12 pays) et de mélodies accrocheuses, livre avec ce quatrième opus des chansons fraiches, lumineuses et chaloupées.

KR : Votre histoire ?

Benoit Rose, chanteur guitariste : Tout a commencé à Pigalle, sur les bancs d’une école de musique. Je rencontre Guillaume, on s’entend bien, on joue ensemble, on s’entend encore mieux, on s’échange quelques textes ou compositions et là l’évidence apparaît : « Faisons un groupe ensemble ! »
Tous les deux chanteurs et guitaristes, auteurs – compositeurs, nous contactons rapidement les musiciens les plus chevronnés de notre réseau et l’aventure est lancée… dix ans plus tard nous sortons notre quatrième album.

Vos influences ?

Elles sont cosmopolites. Elles vont de Belgrade à Mexico en passant par Berlin, Paris, Séville, Bamako et Bogota…

Votre matos ?

Un crayon, un cahier et un passeport.

En concert et studio, je joue sur une guitare classique Yamaha APX 9N, légère, chaude et acerbe. J’utilise aussi une Gibson 339, fine, ronde et généreuse.

Quelles ont été les inspirations pour ce quatrième album MURCIELAGO ?

Les plages des Caraïbes, de l’Océan Pacifique, de l’Océan Indien, sans oublier les quais de Seine…
L’album se nourrit aussi des femmes, de la nuit, de la vie…

Comment s’est réalisée la production de l’album ?

Nous avons réalisé la pré-production et toutes les maquettes dans notre studio rue de la roquette et à la maison. Puis, nous avons souhaité travailler avec Jean Lamoot (Salif Keita, Alain Bashung, Noir Désir, Mano Negra…), réalisateur au studio Ferber à Paris. Il nous a proposé d’enregistrer à ICP à Bruxelles, l’un des meilleurs studios au monde. Durant une semaine, nous y avons fait les prises live. Ensuite, quelques RE-RE, prises de voix à Ferber dans le studio de Jean. Enfin, il a mixé les 12 titres et transmis l’ensemble à Chris Athens à Atlanta pour le mastering. Ce fut une belle aventure, entre de bonnes mains et avec du matériel de haute voltige. Le résultat est à la hauteur, même au delà de nos espérances.

Et si vous étiez un ?

Instrument : une guitare flamenca qui inspire une danseuse

Son : un doux ressac à la belle étoile

Album : Murcielago des Yeux d’la Tête

Epoque : en 2069, j’aurai 88 ans, j’ai hâte…

Attitude : un détachement lucide et musical

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here