Une date, un moment historique, où des familles se retrouvent, où des espoirs de réunification s’expriment, où des barrières se brisent…

La musique, comme toutes autres formes d’art, a eu sa contribution, à la chute du mur. Bowie contait, dans Heroes, album enregistré avec Brian Eno au sein du West Berlin studio, l’amour impossible de deux amoureux séparés par une barrière infranchissable.

Lou Reed a donné le nom d’un de ses albums à la ville divisée.

Monsieur Mstislav Rostropóvich pose son violoncelle devant le mur et joue Bach.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here